Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
In primo piano una mano maschile con una sigaretta accesa

Prenons soin de nos poumons: il y a un dépistage important

En Italie, on fume beaucoup et on fait peu ou pas de prévention suffisante. En raison également de certaines barrières : psychologiques, organisationnelles et informationnelles. Ainsi, même le dépistage visant à surveiller et à protéger la santé pulmonaire devient le « moindre problème », même parmi les fumeurs et les ex fumeurs. Perdant ainsi une opportunité importante de diagnostic et de traitement précoces. Si vous êtes fumeur, ne le manquez pas.

Italiens et fumeurs. Dans notre pays, la cigarette est très appréciée : 19 % des compatriotes sont d’anciens fumeurs, tandis que 25 % de la population fume.

Parmi les fumeurs, 7 sur 10 vivent avec des maladies chroniques – problèmes cardiovasculaires, métaboliques et respiratoires – et 1 sur 3 (36 %) a une approche passive de sa santé. Seul environ 1 fumeur sur 2 est conscient de l’importance de la prévention et moins de la moitié (42 %) déclarent de se soumettre régulièrement à des contrôles périodiques, même en l’absence de problèmes.

Pourquoi ne pas subir le dépistage pulmonaire qui existe et qui est promu par le Service National et Régional de Santé, notamment pour les couches de la population les plus à risque, représentant une ressource précieuse pour la santé publique, comme cela se fait de manière plus naturelle et avec “confiance” ? », par exemple pour le cancer du sein ?

Des obstacles importants apparaissent face au cancer du poumon, principalement de nature psychologique et émotionnelle, liés à la stigmatisation existante entourant la maladie et le tabagisme.

  • Le cancer du poumon est perçu comme une maladie incurable. Comme pour d’autres formes de cancer, l’importance d’un diagnostic précoce, associé à des possibilités concrètes de traitement, n’est pas largement reconnue.
  • La population déclare ne recevoir d’informations à ce sujet ni de la part de son médecin ni des médias, sauf lors des campagnes anti-tabac. Par ailleurs, on craint que le dépistage ne soit invasif, douloureux et/ou inutile, détectant la pathologie « quand il est trop tard ». Alors que, souvent, c’est exactement le contraire.
  • Il existe une méfiance à l’égard du système de santé : une incapacité potentielle à garantir la fréquence correcte des contrôles, la rapidité de la réponse et un parcours de soutien et d’aide au patient et à sa famille, en cas de diagnostic de la maladie.

Alors que faire?

Il est également nécessaire d’initier un dialogue entre cliniciens et institutions et de lancer des campagnes de sensibilisation, avant tout, à la prévention primaire pour tous les segments de la population, transmises par les bons canaux et avec des contenus appropriés, incluses dans les initiatives d’amélioration des modes de vie. «Tous les acteurs du système de santé – déclare Silvia Novello, présidente de WALCE (Women Against Lung Cancer in Europe) Onlus – doivent s’engager à accroître la connaissance des moyens de prévention disponibles, y compris et surtout le dépistage.

L’objectif doit être de garantir des informations utilisables et claires, afin que la sensibilisation des citoyens conduise également à une réduction des nouveaux cas et puisse poursuivre des diagnostics précoces et opportuns avec la possibilité d’approches thérapeutiques innovantes capables de changer l’histoire de cette maladie ». Surveiller sa santé est essentiel pour toutes les personnes exposées au tabagisme. «Le recours aux contrôles préventifs – conclut Giulia Veronesi, directrice du programme de chirurgie thoracique robotique de l’hôpital IRCCS San Raffaele – est d’une importance cruciale pour intercepter à temps tout problème.

Diagnostiqué à un stade précoce, également grâce au dépistage, le cancer du poumon est traitable par une approche.

-Par Francesca Morelli

L’obiettivo deve esser quello di garantire un’informazione fruibile e chiara, affinché anche la consapevolezza del cittadino porti alla riduzione dei nuovi casi e potere perseguire diagnosi precoci/tempestive con possibilità di approcci di cura innovativi in grado di cambiare la storia di questa malattia». Sorvegliare il proprio stato di salute è fondamentale per tutte le persone esposte al fumo.

«Ricorrere a controlli preventivi – conclude Giulia Veronesi, Direttrice del Programma di Chirurgia Robotica Toracica presso l’IRCCS Ospedale San Raffaele – risulta di cruciale importanza al fine di intercettare eventuali problematiche in tempo.

Diagnosticato in fase precoce, anche grazie allo screening, il tumore al polmone è curabile con approccio prevalentemente chirurgico ma anche farmacologico a seconda dei casi, con tassi di sopravvivenza a 5 anni intorno all’80%.».

-A cura di Francesca Morelli

Iscriviti alla newsletter

Iscriviti alla newsletter di Italian Beauty Community, e ricevi direttamente nella tua casella di posta i nostri contenuti migliori!

Cliccando su "Iscriviti" acconsenti al trattamento dei tuoi dati personali ai fini dell'invio della newsletter ai sensi di cui all'art. 2.2 della privacy policy
This site is registered on wpml.org as a development site.