Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

DCA et le rapport aux réseaux sociaux

L’anorexie, la boulimie et l’hyperphagie boulimique ne sont que quelques noms des troubles alimentaires les plus courants et les plus connus, mais il existe également l’orthorexie, la vigorexie et d’autres encore.

Mais que sont exactement les DCA ?

Les troubles alimentaires, également appelés DCA, sont des pathologies psychologiques et psychiatriques, caractérisées par un rapport dysfonctionnel à la nourriture, une perception déformée de sa forme physique et une préoccupation excessive conséquente pour son poids et son image corporelle. En effet, ceux qui en souffrent expriment un état d’inconfort profond et de malaise psychologique.

Le côté obscur des réseaux sociaux

Ces dernià¨res années, les médias sociaux ont de plus en plus pris part à notre vie quotidienne, notamment en période de pandémie, qui a contraint les jeunes et les adultes à se réfugier chez eux et à ne retrouver le contact les uns les autres que via un smartphone. Mais qu’est-ce qui a provoqué ce changement radical ? L’urgence sanitaire a eu un fort impact sur la santé mentale et psychologique de chacun, mais surtout des individus les plus fragiles : les adolescents. En fait, les jeunes se sont retrouvés dans une réalité d’incertitude pour l’avenir et cette condition leur a apporté plus de stress, d’anxiété et d’inquiétude. Le seul moyen d’échapper à la réalité était de se réfugier dans leur smartphone, qui peut leur en vouloir ? Et surtout, qui ne l’a pas fait pendant tout ce temps ? Malheureusement, cependant, l’utilisation incorrecte et exagérée des réseaux sociaux peut provoquer une confrontation continue entre les jeunes, un phénomà¨ne alimenté par la présence de “like” et d’influenceurs, qui de nos jours semblent toujours parfaits. Le désir de ressembler à des célébrités, souvent en sous-poids ou particulià¨rement en forme, pourrait déclencher un sentiment d’inadéquation dans le psychisme des jeunes, alimentant ainsi l’apparition ou la persistance d’un trouble alimentaire. La confirmation vient d’une enquàªte publiée dans le “International Journal of Eating Disorders”, dans laquelle émerge que les adolescents qui passent plus de temps sur les réseaux sociaux sont plus susceptibles de commencer à souffrir de troubles alimentaires.

Tik Tok et la comparaison avec les autres

Tik Tok est désormais devenu le quotidien de la génération Z, mais pas seulemnet ! De plus en plus d’utilisateurs de tous âges et de tous sexes s’inscrivent sur cette plateforme, capable de nous tenir scotché màªme des heures devant l’écran. Mais comme mentionné plus haut, la vision exagérée des garà§ons et des filles sur les réseaux sociaux pourrait alimenter une comparaison malsaine et un sentiment d’insatisfaction vis-à -vis de sa forme physique, notamment sur Tik Tok le vidéo intitulé “What i Eat in a day”, est devenu viraL. Il s’agit d’une « tendance » où les utilisateurs montrent à travers une vidéo ce qu’ils mangent au cours d’une journée type, cela peut amener le spectateur à discuter et à se poser des questions sur son alimentation, en se demandant si ce qu’il mange pourrait àªtre “adapté”, “juste” ou sain.

Sensibilisation via les réseaux sociaux

Heureusement, les réseaux sociaux n’ont pas seulement une influence négative sur les jeunes, mais plutôt, de plus en plus de jeunes essaient de sensibiliser la communauté aux troubles alimentaires, qui sont maintenant devenus de plus en plus fréquents par rapport aux années précédentes (on estime que les cas diagnostiqués ont augmenté de 30 % depuis le début de la pandémie).

Surtout sur Tik Tok et Instagram, des influenceurs tels que Carlotta Fiasella, Federica Scagnetti ou Luna Pagnin, ont décidé de raconter leur histoire, en essayant d’éduquer et d’informer leur public sur le DCA, en les encourageant à demander de l’aide et en leur montrant qu’on peut guérir . Mais pas seulement ! Sur les réseaux sociaux, on essaye de plus en plus de briser les stéréotypes typiques et les faux mythes des personnes souffrant de troubles alimentaires, comme le fait Alba Toninelli à travers son podcast “La Parte Bella“, dans lequel elle montre qu’il n’y a ni âge ni sexe pour souffrir (jusqu’à il y a quelques années, on pensait que seules les femmes pouvaient en àªtre touchées).

Et qu’en pensez-vous ? Avez-vous déjà souffert de troubles alimentaires ? Parlez-nous de votre expérience.

Edité par Margherita Rafanelli

Iscriviti alla newsletter

Iscriviti alla newsletter di Italian Beauty Community, e ricevi direttamente nella tua casella di posta i nostri contenuti migliori!

Cliccando su "Iscriviti" acconsenti al trattamento dei tuoi dati personali ai fini dell'invio della newsletter ai sensi di cui all'art. 2.2 della privacy policy
This site is registered on wpml.org as a development site.